AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (M, LIBRE) JACK O'CONNELL ▴ no one's here to sleep.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin ▴ Keys to the Kingdom.
▴ avatar : Holland Roden.
▴ inscrit le : 28/10/2016
▴ messages : 557
▴ multi-comptes : Rhett Mills et Liam Bakh -
▴ points : 707
▴ crédits : hepburns +av
MessageSujet: (M, LIBRE) JACK O'CONNELL ▴ no one's here to sleep.   Mar 15 Nov - 11:42

seamus wallas
i come with knives.

The Day Will Come When You Won't Be
nom : Wallas. prénom : Seamus, au choix. âge : vingt-six ans. date et lieu de naissance : 24/12/1990, à Oxford (UK). nationalité : britannique. origines : au choix. situation civile : célibataire.  ancien métier : acteur à la dérive qui recherchait le rêve américain, et qui cachait sa situation désastreuse à ses proches. ancien lieu d'habitation : dans un hôtel crasseux à Los Angeles (CA)campement actuel : Fallon, même s'il hésite à prendre la poudre d'escampette dès qu'il en aura l'occasion. groupe : the next world. crédits : avatar par balaclava.  

just survive somehow •

(001), qualités ; attentif, compréhensif, réconfortant, réactif, passionné. (002), défauts ; aigre, pessimiste, silencieux, violent, colérique, (bon) menteur. (003), Seamus, c'est un gamin parmi tant d'autres qui avaient des rêves de gloire. Lui, enfermé dans une maison où sa mère était malheureuse et en colère de voir sa vie défiler devant ses yeux sans pouvoir en profiter, à élever des marmots tout en s'occupant de son mari qui n'en foutait pas une. Seamus, c'est juste un gamin de plus qui étouffait parmi les siens. (004), Et parlons-en de son père ; de cet homme, un vétéran de l'armée de terre, qui traitait sa femme comme un chien et battait ses gosses. Un jour, il plaça une arme à feu sous son menton et tira. C'est ce que la mère de Seamus lui a toujours dit – mais au fond d'son cœur, il avait l'impression que c'était sa génitrice qui avait en réalité appuyé sur la gâchette. Il ne s'en plaignait pas. Il haïssait ce sale con, sans pour autant désirer sa mort. (005), Dans le petit patelin où il habitait, tout près d'Oxford, il est très vite devenu une star encouragé de tous – il jouait dans toutes les pièces que son groupe de théâtre organisait et c'est sans le moindre regret qu'à l'âge de 21 ans, après avoir passé trois ans à Londres à la Royal Academy of Dramatic Art, qu'il s'envola pour Los Angeles. (006), Là-bas, tout ne s'est pas exactement déroulé comme prévu. Il ne parvenait pas à obtenir le moindre rôle, et lorsqu'il en avait enfin l'occasion, ce n'était que pour jouer dans des films misérables à petit budget où il gagnait tout juste de quoi payer sa chambre d'hôtel et un peu de bouffe. (007), Après avoir passé cinq longues années à Los Angeles, il voulut baisser les bras et retourner en Angleterre plutôt qu'à végéter salement aux Etats-Unis. Lorsque l'épidémie toucha Los Angeles, en octobre 2016, il fut pourtant obligé de s'enfuir comme tous les autres et ne put jamais revenir sur sa terre natale. Son vol était prévu début novembre 2016. (008), Dès lors, il vit des choses qui le firent vomir, des êtres humains devenus fous et aveuglés par la survie, ce qu'il fallait qu'ils fassent pour ne jamais tomber. Et plus il les observait, ces gens-là, plus ils le fascinaient et l’écœuraient en même temps. Mais bon Dieu, qu'il les enviait ces mecs-là, à ne plus avoir la moindre morale et à prendre ce qu'ils avaient envie de saisir. Il vit ce qu'il y avait de plus mauvais chez l'être humain. Et il y prit goût, en un sens, sans jamais vouloir sombrer dans ce genre de pulsions. (009), Depuis l'épidémie, il a vécu seul et s'est habitué à cette solitude, jusqu'au point de repousser inlassablement les survivants qui allaient à son encontre. Étrangement, il se sentait à l'aise au sein de tout ce merdier ; il devait suivre des instincts basiques, à l'instar de ces rôdeurs qu'il tuait. Et ça ne le dérangeait guère. Il l'avait trouvé son rêve américain, et il pouvait être la personne qu'il avait toujours voulu être. Quelqu'un de fort, sans attache. (010), Et il y a eu Fernley, en octobre 2016. Il était bon avec les armes, il avait été remarqué par quelques récupérateurs – alors on lui a proposé de rester au sein du camp. Sans s'en rendre compte, on avait déjà transféré ses pauvres affaires dans une boutique du centre commercial de Fernley dans laquelle il se sent étrangement claustrophobe. Même si en tant que nettoyeur, il est supposé sortir du camp régulièrement, il ne parvient pas à s'habituer à être cloîtré entre quatre murs la plupart du temps. (011), Il est généralement hostile à l'égard de ceux qui l'entourent – à quelques exceptions près. Généralement, il apprécie l'optimisme, la douceur, la bonté... ce qu'il a l'impression d'avoir perdu depuis des mois. Il se rapproche de ceux qui ne lui ressemblent pas, comme s'il essayait de combler les trous, ce manque d'humanité, qu'il a essayé d'ignorer. Mais à présent que ça lui saute aux yeux, Seamus est paniqué à l'idée de rester plus longtemps au sein de Fernley ; et s'il brutalisait quelqu'un ? Et s'il devenait une mauvaise personne ? Et ça l'obsède, ça lui fait perdre les pédales, et ça le pousse de plus en plus vers la sortie.

polly brown & seamus wallas
a white blank page and a swelling rage.

and I find it kinda funny, I find it kinda sad, the dreams in which I'm dying are the best I've ever had ; Seamus, c'est le seul qui supporte la présence de Polly. C'est le seul qui aime bien l'entendre babiller pendant des heures à propos de sa mère, de ce que sa mère faisait (sénateur, tu t'rends compte ?), de ce qu'elle aurait fait une fois l'université finie. Et ils parlent d'elle, ils se concentrent sur elle, ils tournent autour des seuls sujets qu'elle lance. Seamus, il est pas du genre bavard à propos de son passé, mais il sait écouter. C'est dur pour Polly d'entrer dans la tête de son ami, de le comprendre, de savoir quelles seraient ses réactions durant telle ou telle situation. Et plus elle apprend à le connaître, à le faire parler, plus elle a peur de le perdre. Il est le seul ici à vraiment l'apprécier et plus Seamus s'ouvre, plus elle comprend qu'être dans un camp n'est pas la solution pour lui. Alors elle le retient, elle essaie de le convaincre, de le persuader. Elle est égoïste, elle le sait. Seamus, quant à lui, se contente d'être patient. Il la voit gesticuler sous ses yeux, il l'entend le supplier et il accepte d'être patient parce que c'est bien tout ce qu'il peut faire pour le moment.

_________________

you're lovin' on the psychopath sitting next to you, you're lovin' on the murderer sitting next to you, you'll think, how'd I get here, sitting next to you ? but after all I've said, please don't forget all my friends are heathens, take it slow, wait for them to ask you who you know please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse. @twenty one pilots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin ▴ Keys to the Kingdom.
▴ avatar : Holland Roden.
▴ inscrit le : 28/10/2016
▴ messages : 557
▴ multi-comptes : Rhett Mills et Liam Bakh -
▴ points : 707
▴ crédits : hepburns +av
MessageSujet: Re: (M, LIBRE) JACK O'CONNELL ▴ no one's here to sleep.   Mar 15 Nov - 21:56

ce scénario est libre
ft. jack o'connell || négociable

Hello, hello  :hola:  :héé:
Merci d'avoir lu mon scénario et d'en être arrivé jusque là ; maintenant quelques explications pour bien cerner Seamus-le-plus-hot. Restez encore avec moi, ça ne prendra que quelques instants, huhu.  :aw:

pseudo, avatar, info basiques ; le pseudo est négociable dans la mesure où je n'ai évoqué Seamus absolument nulle part. A savoir que j'aime bien la simplicité au niveau des noms, alors... mais à vous de voir, je n'impose rien :héé: l'avatar est facilement négociable ; j'adore Jack O'Connell et il colle bien à l'idée d'acteur à la dérive, qui va par la suite devenir un peu plus flou au niveau de son caractère (à sa plus grande surprise, meh). Si vous avez une idée qui collerait à cette description, n'hésitez pas à proposer, je ne suis pas spécialement chiante.  :red: si une des info basiques ne vous convient pas (genre, mettons la date de naissance / lieu de naissance), vous pouvez la reconsidérer.  :héé:

histoire ; oh, là ça va être intéressant  :hola:
Au niveau de l'histoire, si y a vraiment une information qui vous pique le nez, n'hésitez pas à m'en parler pour qu'on la reconsidère ensemble (ou que vous la reconsidériez seul comme un grand aussi, huhu). Je suis vraiment open en ce qui concerne l'histoire, le seul truc avec lequel je ne vais pas partir en freestyle, c'est le caractère et les sentiments de Seamus. Je m'explique : le gars a assisté à des choses plus ou moins violentes depuis le début de l'épidémie (ça peut partir d'une criminalité moindre - des vols, maybe - à quelque chose de plus important / angoissant - des viols, meurtres, etc), et il n'a pas vraiment eu l'occasion d'en parler puisqu'il a toujours préféré être seul. Alors il a eu le temps d'y réfléchir, d'être seul avec soi-même après avoir assisté à des massacres. Sa tête est PLEINE de parasites, d'images qui le hantent - et en même temps, ça l'obsède, c'est toujours avec lui. Il n'a jamais pu s'en débarrasser, il n'a jamais pu se confier afin de partager son anxiété et le poids qui lui pèse sur les épaules. Et de base, le garçon est plutôt colérique / violent (même si la société l'a toujours empêché de vraiment répondre à ses pulsions, là ce n'est plus le cas), alors il est tiraillé entre l'envie de suivre le mouvement de ces bonhommes qui ont tout ruiné sous ses yeux, et celui de continuer à suivre les préceptes de la société moderne.  :hm: c'est ce qui fait l'essence du personnage en fait, d'avoir le choix et d'avoir conscience de ce choix. Du coup, il ne faut pas en faire un MECHANT LOUP AVIDE DE SANG ou bien UNE GUIMAUVE JOYEUSE ; no no, il faut vraiment appuyer où ça fait mal et bien le hanter koa.  :hola: Qui plus est, j'aimerais vraiment vous voir ajouter votre touche personnelle au personnage, ce serait vraiment vraiment un plaisir pour moi, vous pouvez pas imaginer à quel point. Je vous donne juste un squelette de perso, alors n'hésitez paaaaas  :gaa: et ça me fera vous aimer plus fort  :hola:

lien ; Entre Seamus et Polly, c'est une sorte de bromance passionnelle pour le moment qui peut découler sur tout et n'importe quoi - une romance un peu wtf, un éloignement brutal qui peut créer une certaine peur / méfiance, ou une bromance qui perdure malgré tout (vas-y, je veux des feels, des larmes et du sangggg). Seamus s'accroche à Polly autant que Polly s'accroche à Seamus ; Polly rappelle à Seamus ce qu'il pourrait perdre s'il ne se force pas plus à se concentrer sur son entourage, et Seamus, well... il ne repousse pas inlassablement Polly lorsqu'elle vient vers lui. Il est tout ce qu'elle recherche finalement chez ses comparses ; il l'apprécie vraiment, et lui donne plus d'attention que le mec pour qui elle a le béguin (because attirée par tout ce qui est grand, barbu et dangereux) (oui, on sent l'adolescente à trente bornes aux alentours). Je pense que y a beaucoup à se permettre entre les deux et beaucoup d'aventures à leur donner.  :hola: Et finalement, Polly a peur de voir Seamus partir et, honnêtement, Seamus se retient de franchir les portes de Fernley seulement parce qu'il sait que son amie ne s'en remettrait pas. Dans l'coin, il sent que de mauvaises idées lui viennent et il essaie d'en parler à demi-mot à Polly (qui comprend ce qu'elle veut bien comprendre, et voit les choses vraiment différemment). En un sens, ils se soignent l'un et l'autre comme ils le peuvent, avec plus ou moins de succès.

demandes externes ; j'aimerais bien quelqu'un qui vienne flooder de temps en temps (ou tout le temps, soyons fous) + qui rp avec d'autres membres que moa. A partir du moment où vous avez ce scénario, vous devez le faire vivre (et il ne vivra malheureusement pas qu'avec Polly sinon le suicide sera proche  :hola: ), c'est pour cela que je tiens absolument à ce que vous ajoutiez des petites anecdotes qui viennent de vous, des idées qui vous appartiennent, etc.  :brille: aussi, j'utilise beaucoup de smileys alors ne prenez pas peur face à moi hein  :tinyheart: de pluuuuuus, malheureusement, je ne suis jamais (ou très rarement) dispo le weekend (même si je me connecte de temps en temps hein, j'suis pas non plus en mode abstinence totale) (juste pour prévenir)  :fire: en ce qui concerne les réponses rps, le minimum syndical me va très bien - je fais environ 1000mots par rp, et vous pouvez en faire plus ou moins, tant que ça donne des feels je suis contente peu importe la longueur.  :héé:

Merciiii encore d'avoir lu tout mon blabla ! j'espère vous voir rapidement sur le forum  :gaa:  :hola:  :keur:  :red:  :fire: allez viens, viens, on est bien  :hola:   

_________________

you're lovin' on the psychopath sitting next to you, you're lovin' on the murderer sitting next to you, you'll think, how'd I get here, sitting next to you ? but after all I've said, please don't forget all my friends are heathens, take it slow, wait for them to ask you who you know please don't make any sudden moves, you don't know the half of the abuse. @twenty one pilots
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(M, LIBRE) JACK O'CONNELL ▴ no one's here to sleep.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» ROMY-TIMEON - jack o'connell.
» DAEMON FREEMAN ► jack o'connell
» F-L MAXXIE LANSKY ► jack o'connell
» Augustus Rogers ~ Jack O'Connell
» JAMIE-CONNOR REWEY ► Jack O'Connell
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
dead man's chest :: 
SAVE THE LAST ONE.
 :: better angels
-
Sauter vers: