AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 come and goes. (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
member ▴ Everything Dies.
▴ avatar : sam claflin
▴ inscrit le : 05/11/2016
▴ messages : 166
▴ multi-comptes : le magicien d'oz.
▴ points : 409
▴ crédits : ISHTAR / astra.
MessageSujet: come and goes. (cole)   Dim 20 Nov - 15:00


" THEY GOT ME, COLE. "
" WHAT ? "
" IT'S OVER. ALL THIS BULLSHIT, IT'S OVER.
I HAVE TO GO.
GOODBYE, MY FRIEND.  "
" ... "

- . ACE & COLE, LAST YEAR . -


✮✮✮

Un sursaut, des gouttes de sueurs perlent le long de son visage, les pupilles d'Ace s’agitent et sa respiration est saccadée. D’un geste brusque, il allume la lampe de chevet qui se trouve juste à côté de lui. Les émeraudes du vagabond balayent rapidement, de toute part, la petite chambre dans laquelle il avait pris possession, à la recherche de quelque chose ou plutôt de quelqu'un. Il ne met pas longtemps avant de s’apercevoir qu’il est seul face à ses démons nocturnes. Seul face à la pénombre, seul face à la noirceur des enfers.  Il serre fortement dans sa main le bracelet avec lequel il s'est endormi, son bracelet à Sam qui ne le quitte pas. Ace est épris d’une panique qui l’empêche de s’oxygéner correctement. Le cœur amoché, déglingué, il ne fonctionne plus normalement depuis bien trop longtemps. Toutes ces images, tous ces souvenirs, Ace peine à mettre un sens à tout ça. Il le sait, il en a conscience. Cette nuit, il ne dormira pas. Le silence qui l’apaisait autrefois est devenu son ennemi, tout comme le sommeil qui était censé le réparer et qui ne semble plus jouer correctement son rôle. Le vagabond attrape sa veste et s’échappe de cette cage en béton. L’oiseau s’envole. Il prend le soin que personne ne s’aperçoive qu’il traîne seul, qu’il ne respecte pas le couvre-feu qui a été fixé par le conseil. Pourtant, il s’était juré qu’il les respecterait ces fichus règles. Une fois à l’extérieur du bâtiment, le froid se mêlant à la chaleur de sa peau, le froid tentant de lui glacer ce sang qui est en ébullition, Ace se pose tranquillement dans un coin. En essayant de faire taire ses émotions, en essayant d’éteindre ce bouton coincé quelque part dans le capharnaüm qu’est devenu sa tête. Cet immense bazar avec lequel il doit vivre depuis qu’il s’est réveillé dans cet apocalypse. La main qui a pour habitude de manier ses armes de combat, se saisie du paquet de cigarette encore intact qu’il avait trouvé pas plus tard que la semaine dernière dans une vieille cabane abandonnée à la lisière de la forêt. Il place une cigarette entre ses lèvres, l’allume et c’est ainsi qu’il laisse les substances toxiques le bousiller davantage de l’intérieur. La fumée qui s’en échappe s’envole, disparaît dans l’obscurité et il se dit qu’il aimerait bien pouvoir faire la même chose : avoir le choix parfois de pouvoir devenir invisible. Transparent.

Un nuage de particules avait attisé la curiosité des habitants de Fallon, un immense nuage qui faisait de l’ombre à ceux qui s’élevaient déjà bien haut dans le ciel. Cette grisaille qui effaçait le blanc des petits moutons qui changeaient de formes selon l’imagination. Quand bien même, l’imagination n’avait plus vraiment sa place ici sur cette Terre complètement retournée par ce désastre humanitaire. Ace avait constaté qu’aucun groupe ne s’était constitué pour en connaître l’origine. C’est pourquoi, il avait décidé de partir seul, de s’échapper un peu sans que personne ne lui dise quoi que ce soit, sans que personne ne soit là pour dicter ses actes. Le vagabond il avait besoin de respirer, devenant certainement accro à cette adrénaline que lui procure le danger qui se trouve au-delà de ces murs, dépendant de cette liberté après laquelle il court. Personne ne l’oblige à rester à l’intérieur, mais il est tout de même assez intelligent pour comprendre qu’il a besoin d’un minimum de cette stabilité qu’il rejette bien trop souvent. Encore marqué par la nuit dernière, les rôdeurs qu’il croise prennent étrangement le visage de cet homme au visage malveillant pour qui il porte beaucoup de rancœur, de ressentiment. Il les enchaîne, en plantant sa lance avec beaucoup d’acharnement dans chacune des têtes de ces êtres qui sont condamnés à errer, à se nourrir d’inconnus et parfois, de ces personnes avec qui ils avaient un lien, sans même se rendre compte des conséquences de leurs actes, sans même se rendre compte de rien. Le vagabond est actuellement bien loin de Fallon, il avance rapidement à travers ces chemins qu’il commence à connaître, qui lui deviennent familiers. Il avance jusqu’à ce qu’il se heurte à un fantôme. Le choc est violent, les images se bousculent bien trop rapidement entre elles.


Les gestes incontrôlés, cette haine qui dicte ses actes. Ace se jette littéralement sur cet inconnu. Les mains imposantes du vagabond tentent de s’agripper à son cou pour lui ralentir sa respiration, ses doigts s’appuient sur ses muscles sterno-cléido-mastoïdiens, pour littéralement tenter de l’étrangler. Les traits de son visage se sont durcis, son regard s’est assombri et devenu menaçant. C’est une tout autre personne qui se réveille, qui s’anime. La scène s’est déroulée à une vitesse que même la lumière n’aurait su défier. Un instant ils se faisaient face, un autre le démon qui sommeil à l’intérieur de lui s’était élevé pour s’attaquer à cet étranger. Cet étranger qui lui semblait pourtant si familier, cet étranger dont il est convaincu qu’il lui a infligé des maux invisibles, des maux transparents. « Sors de ma tête, sors de ma tête. » souffle-t-il, d’un son presque inaudible.  


Dernière édition par Ace Marshall le Dim 27 Nov - 16:45, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ▴ Everything Dies.
▴ avatar : James Franco
▴ inscrit le : 12/11/2016
▴ messages : 112
▴ multi-comptes : Annastazia
▴ points : 228
▴ crédits : Eden, tumblr
MessageSujet: Re: come and goes. (cole)   Dim 20 Nov - 19:56



"Come and goes"


Let's go! It's guy love, Don't compromise, The feeeling of some other guy, Holding up your heart,
Into the sky.
-



Les bruits de la nuit berce Cole, perché en haut d'un arbre, il observe le monde qui s'étend devant lui. Il ne le regarde plus comme il avait l'habitude de le faire. Il ne s'émerveille plus devant les petites choses de la nature. Il avait l'habitude de passer des nuits blanches, à regarder le ciel étoilé mais il n'était pas seul lorsqu'il le faisait. Il baisse son regard vers sa main ou autrefois une alliance entourait son annuaire maintenant il ne restait plus rien. Il secoue la tête pour ne pas se faire piéger par la mélancolie. Aujourd'hui s'il levait ses yeux vers les étoiles c'était seulement pour trouver son chemin et s'il observait les horizons c'était seulement pour prévoir ce qu'il pouvait arriver. Il avait repéré plus tôt un changement dans l'air au loin, une fumée trop importante pour lui qui sortait de l'ordinaire. Il restait à bonne distance, par chance il pourrait se défouler un peu. Mais tout est calme ce soir, il peut se laisser aller et fermer les yeux. Se laisser quelques minutes de repos. Reprendre des forces. Rare sont les nuits ou il dort. Généralement, lorsqu'il laisse le sommeil s'installer, il  garde toujours un oeil ouvert et surtout l'ouï aux aguets. On peut comprendre beaucoup de choses en prêtant attention aux bruits qui nous entourait et Cole l'avait bien compris. Il savait que le craquement en bas provenait d'un animal qui marchait furtivement à la recherche de nourriture ou d'un endroit ou se cacher, il savait également reconnaitre un rôdeur à sa démarche trainante ou une personne ou un groupe, c'était ce qu'il lui sauvait la vie principalement.

Il finit par se redresser, incapable de trouver le sommeil. Il reste un moment assis sur sa branche, les jambes dans le vide, à ne penser à rien. La plupart de ses journées se ressemblait. Il errait là ou ses pieds le portaient. Il tuait tous les morts sur son passage et les vivants qui lui cherchaient des noises. Peut-importe leurs nombres, leurs âges, leurs supplications … c'est comme s'il était devenu sourd à toutes paroles. Il ne prêtait plus d'importance à rien. Il observait ce monde partir en ruines et ça lui convenait parfaitement. Il tourne la tête vers la gauche, là ou la fumée toujours dense s'étendait de plus en plus. Il jette son sac sur son épaule et descend de l'arbre. Il était temps de savoir ce qu'il pourrait trouver d'intéressant là-bas. Il espère au moins un peu de nourriture qui se faisait rare. Il marche silencieusement, se glissant à travers le paysage, le vent en face de lui. Il peut sentir d'ici l'odeur acre de le fumée. S'il avait bien jugé la distance, il devrait arriver d'ici une heure ou deux. L'épée à la main, il avance de plus en plus énergiquement, il a ce besoin de tuer, peut-importe qui il y aura là-bas il périront tous. Certains l'auront mérité d'autre pas mais Cole avait scellé leur destin.  Il devait le faire. Il le devait pour la simple raison que s'il commençait à laisser sa nature humaine revenir … non il ne peut même pas l'imaginer.

Voilà que perdu dans ses pensées, il se laisse distraire si bien qu’il ne l’a même pas vu venir ou entendu. Il sortit de nul part, comme un spectre venu le hanter. Tel une ombre s’abattant sur lui, le choc fut si terrible qu’il en perdit l’équilibre, laissant tomber son arme sur le sol. Il faisait si sombre qu’il ne pouvait pas distinguer qui lui faisait face par chance il avait l’air d’être seul. Sans qu’il puisse réagir ou même attaquer le premier, l’ombre se jeta sur lui. Il connaissait cette violence pour l’avoir aussi en lui. Des mains puissantes s’empare de son cou mais il se trompait s’il pensait que Cole allait rester là sans réagir. Il ne voulait pas rejoindre la mort, pas tout de suite. D’un geste maitrisé et tout aussi puissant il se dégage de son agresseur, qu’il repousse violemment. Celui-ci murmure mais il n’y prête pas attention, il se fiche de ce qu’il peut dire. Il dégage de son dos sa deuxième épée et fond sur l’ombre près à la transpercer. Il allait pouvoir assouvir sa soif de tuer. Sa lame est à quelques centimètres de sa gorge quand Cole arrête son geste juste à temps. La lumière de la lune avait percé les nuages pour éclairer le visage de l’inconnu. Il recula pour essayer de mettre des mots sur ce qu’il voyait. Non ce n’était juste pas possible, le fantôme d’Ace se trouvait devant lui sans être Ace. Il avait quelque chose qui n’allait pas, il lui ressemblait comme deux gouttes d’eau mais il y avait cette lueur dans son regard qui le transperçait qu’il n’avait jamais vu. Il avait tenter de le tuer. De LE tuer. Non ce n’était pas Ace, il ne pouvait pas faire parti de ce nouveau monde. Il serre son épée si fort que sa main blêmit. Ce ne pouvait pas être Ace, il couru alors vers ce qui ressemblait à son meilleur ami avec l’attention cette fois-ci de ne pas arrêter son geste. Tuer ce souvenir du passé.


Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ▴ Everything Dies.
▴ avatar : sam claflin
▴ inscrit le : 05/11/2016
▴ messages : 166
▴ multi-comptes : le magicien d'oz.
▴ points : 409
▴ crédits : ISHTAR / astra.
MessageSujet: Re: come and goes. (cole)   Dim 27 Nov - 16:32

I’M WAKING UP, I FEEL IT IN MY BONES
ENOUGH TO MAKE MY SYSTEMS BLOW
WELCOME TO THE NEW AGE, TO THE NEW AGE
I’M RADIOACTIVE, RADIOACTIVE

Un bloc de glace se construit tout autour du cœur d’Ace, il se protège de la colère qui le traverse. Ce petit organe qui saigne, entouré d’une infinité de micro ficelles invisibles, qui au gré du temps se serrent, qui au gré des rencontres, le font souffrir davantage. En l’espace d’une fraction de secondes, il s’est transformé en une personne qu’il n’est pas. En cette personne qu’il craint avoir été un jour, dans ce passé décomposé. A travers ses veines, les vaisseaux sanguins, c’est l’ensemble de son corps qui se met en ébullition, qui tremble sous la colère de ses souvenirs. Abimés. Falsifiés. Mal interprétés. Là-haut, quelque part, au beau milieu de toutes ces petites connections électriques, il se passe quelque chose d’anormal. Tout semble s’emballer, se troubler, l’embrouiller. En une fraction de secondes, les mains du vagabond se sont retrouvées autour du cou de ce fantôme qui la rendu complètement fou. Incontrôlable. Celui qui parfois hante ses cauchemars, ce visage dont il n’arrive pas à mettre un nom, un sentiment. Si ce n’est celui de la colère, de la haine. Du bout de ses doigts, il peut sentir le pou de sa victime se rythmer, s’accélérer et ralentir rapidement. Ace ne garde pas longtemps l’avantage, d’un geste brutal dans la poitrine il se fait projeter quelques mètres plus loin. Le dos du vagabond heurtant violemment le sol parsemé de pierres. Il se retrouve un peu sonné, ressentant une douleur dans les cervicales ayant essayé de retenir sa tête dans l’action, par simple réflexe. Il passe sa main derrière son cou tandis que le fantôme se transforme en un immense spectre qui s’apprête à lui infliger les derniers coups. Le vagabond avait ouvert les hostilités, il s’était attaqué à cet inconnu qui ne lui avait absolument rien fait, il n’avait pas bougé, il s’était juste trouvé sur son chemin et avait déclenché soudainement son côté obscur. Ce côté sombre qui au fond de lui ne demandait qu'à se réveiller, dans ce monde tombé en lambeaux. Tout comme lui. Il était tombé en morceaux en une fraction de secondes et il lui faudrait certainement des dizaines d'années pour devenir à nouveau quelqu'un. Comme s’il n’était qu’un rodeur sur son passage, comme ceux qu’il avait tué un peu plus tôt pour accéder à son but. Celui de savoir ce que cette fumée signifiait. L’inconnu s’était retrouvé sur son chemin au mauvais endroit, au mauvais moment. Ace s’attendait à ce que sa lame lui transperce la peau, lui fasse ressentir une violente douleur. Il se voyait déjà hurler à travers la forêt, faire s’envoler les oiseaux, ébranler cette nature détruite. « Qu’est-ce que tu attends ? Vas-y, fait-le ! Fait-le ! » Libère-moi... La voix d’Ace prend un tout autre ton, la voix torturée qu’il avait prise un peu plus tôt n’était plus, non il s’agissait d’un ton qui laissait transparaître une certaine confiance en lui ou plutôt une certaine folie. Le vagabond ne comprend pas son hésitation, parce que lui est persuadé qu’il ne l’aurait pas fait. Hésiter. Sa tête, son esprit, son cerveau, dictent ses gestes et lui demandent de trouver un objet, n’importe quoi, pour en finir. En finir avec quoi ? Il n’en sait rien. Pourquoi fallait-il absolument que ce soit lui ? Il n’en sait rien non plus, mais c’est son tout son corps qui réagit lorsqu’il voit sa victime s’élancer pour l’achever. La lame de son épée arrive à quelques millimètres de sa poitrine. Ace n'a pas bougé d'un centimètre, pas même un clignement de cils. Le regard froid. Son océan agité est figé, ayant pris l'apparence d'un lac gelé capable de glacer le sang, capable de paralyser. L'inconnu ne va pas au bout de son action. Un autre moment d'hésitation. Imperturbable. Ace attrape une grosse pierre et le frappe au visage. Ainsi, il se dégage de lui. Il se sent vide, pas d’images, pas de souvenirs qui viennent le bousculer, aucun flash. Pourtant, il devrait ressentir ce lien fort qui les a liés autrefois, dans une autre vie. Il devrait se sentir proche de lui, il devrait se rappeler que c'est son souvenir qui l'a sauvé il y a quelques semaines.  Quand il eut envie d'en finir avec la vie. Malheureusement, il n’en est rien. Il ne ressent que cette colère qui bout à l’intérieur de ses organes jusqu'au fond de ses tripes. Ce feu qui se livre une bataille ardente contre la glace. Encore une fois, Ace aurait besoin de tenir le bracelet de Sam, il aurait besoin d'elle pour le contrôler, il a besoin d'elle. Le vagabond se relève, ses prunelles recherchent sa lance, mais celle-ci semble trop loin. Il décide alors de se jeter à nouveau sur sa victime, de se livrer à un combat au corps à corps. Ace attrape le col du tee-shirt de l'inconnu et le frappe une première fois au visage. Sa main au contact de sa peau lui a envoyé une décharge électrique, traversant ses veines pour aller le choquer jusqu'à son cerveau, un autre coup et la décharge se fait plus violente. « Sors de ma tête !!! » Comme un cri du venait du coeur, qui venait de loin. C'est tout un tas de flashs qui se mettent à le marteler de l'intérieur, il essaie tant bien que mal de garder toutes ses forces pour achever sa victime, pour achever ce qu'il reste de son meilleur ami, si seulement il savait. Si seulement, sa tête voulait se mettre à correctement fonctionner. Ace répète machinalement ces quatre mots sans en connaître la signification. Il a été conditionné pour le tuer, il répétait ces mots lorsqu'on le torturait, ces mots qui reviennent, qui refont surface. Il semblerait que quelque chose le retienne de mener sa tâche jusqu'au bout, que le frapper ainsi ne soit pas dans la logique des choses. Les coups se font de plus en plus mous, de plus en plus faibles. A chaque frappe, il reçoit une décharge, à chaque fois que sa peau entre en contact contre la sienne. « Sors de ma tête... » à nouveau, il prononce ces mots d'une voix faible. La glace du lac se brise, l'eau se trouble et il s'évanouie, en plongeant dans son océan, son corps tombant à côté de celui de Cole. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
member ▴ Everything Dies.
▴ avatar : James Franco
▴ inscrit le : 12/11/2016
▴ messages : 112
▴ multi-comptes : Annastazia
▴ points : 228
▴ crédits : Eden, tumblr
MessageSujet: Re: come and goes. (cole)   Mar 29 Nov - 21:26



"Come and goes"


Let's go! It's guy love, Don't compromise, The feeeling of some other guy, Holding up your heart,
Into the sky.
-



Ace, ce nom résonne encore et encore dans son esprit. Souvenir du passé, rappel du présent. Ace, celui avec qui il avait partagé tant de choses, la seule personne qu'il avait gardé dans son coeur, qu'il n'avait pas enfouis au fond de lui. Il le pensait mort tout en espérant le contraire. Et voilà qu'il fait face devant lui, empli de haine, de colère, hors de lui près à le tuer. Cole se défend, il n'a pas encore rendez-vous avec la mort, même si celle-ci semble frapper à sa porte. Des deux, Ace a toujours été le plus fort et encore maintenant il le prouvait. Ce n'était pas leur première confrontation, des bagarres ils en avaient eu. Des tas. Mais jamais avec autant de sérieux là il n'y avait que de l'acharnement, ce n'était pas un entraînement ou une déconnade, non Ace avait l'intention de mettre fin à sa vie. Sur le moment, Cole chauffé à vif, poussé par les mots de son ami, se jette sur lui prêt à en finir. Son Ace du passé ne ressemblait en rien à celui qu'il avait devant lui. Il ne réfléchit pas, il ne veut pas penser, son corps prends le contrôle de son esprit et bouge automatiquement vers sa cible, l'épée en l'air près à transpercer son ennemi pour la deuxième fois sauf que là, il connait la personne qui lui fait face. Ace n'avait pas bougé d'un centimètre lorsqu'il s'était élancé vers lui. Contrairement à Cole, il souhaitait mourir et là dans son esprit il n'y avait que ce mot qui revenait. Pourquoi ? Son épée l'effleura sans le blesser, il avait modifié intentionnellement sa trajectoire. Pendant un instant ils se faisaient face, se jugeant les yeux dans les yeux. Et ce fut le déclic, le regard plongé dans celui d'Ace, Cole se résigna. Il flancha pour la première fois depuis qu'il avait quitté cette chambre d'hôpital où il y avait enterré l'ancien Cole. Il avait tout fait, s'était battu, forcé à oublier tous sentiments afin de ne plus ressentir cette douleur. Mais face à Ace, il devait se rendre à l'évidence. C'était son meilleur ami, son frère, le tuer le tuerait tout simplement et voir ce qui se reflétait dans les yeux de son ami le faisait frissonner. Il comprit à cet instant qu'Ace ne savait pas qui il était quand il ressentit une vive douleur à la tête. Tout devient flou, il sentit ses jambes trembler et ne plus le soutenir. Il tomba lourdement sur le sol ce qui lui fit refaire surface. Allonger sur le sol, il voit ce qu'il reste être de son meilleur ami se jeter sur lui, agripper son tee-shirt tâcher du sang qui coulait de son crâne, il sentait le liquide chaud s'échapper de son corps, la douleur était importante mais ce n'était pas ce qui inquiétait le plus Cole. Ace donna un premier coup. Cole encaissa sans broncher. Il le laissa faire. Un deuxième puis un troisième coups. Il ne sentait plus son visage, la douleur devenait insupportable mais il ne réagit toujours pas. Il pouvait frapper autant de fois qu'il voulait si c'était ce qu'il souhaitait. Ace hurlait tout en le martelant de coup de poings. Que lui était-il arrivé ? Qu'était-il devenu de son meilleur ami ? Qui avait pu lui faire ça ?? Peut importe qui mais il allait le payer cher, très cher, qu'importe ce qu'il pourrait se passer maintenant, il devait savoir. Il devait découvrir ce qu'il lui était arrivé et le sauver. Il ne pouvait pas le laisser comme ça, le laisser sombrer dans la folie. Au prix d'un ultime effort il arrêta la main d'Ace qui continuait à le frapper bien que ces coups perdaient en puissance. Le poing dans sa main, il sentit son ami faiblir et sombra d'un coup à côté de lui. "Ace !" Sa voix se brisa, un goût métallique dans la bouche. Il avait l'impression d'être passé sous un motoculteur, son oeil gauche était tellement gonflé qu'il ne voyait plus rien et il devait surement avoir le nez cassé. Il remarqua qu'il tenait toujours la main d'Ace dans la sienne. Il fit glisser ses doigts vers son poignet pour sentir son pouls. Il resta quelques secondes ainsi, se perdant dans ses souvenirs, remontant au temps ou tout allait bien, ou la dernière fois qu'il avait contrôlé son pouls c'était lors de leur dernière mission ensemble sur son ordinateur... Non Cole revient dans le présent, il n'était pas bon de ressasser ses souvenirs, de se perdre dans le passé. Il se leva pour aller récupérer son sac qui était tombé lors de leur échange brutal. Il lui était impossible de se soigner ne voyant pas l'étendue des dégâts et ayant épuisé tout son stock de sa trousse de secours. Il tomba sur sa corde au fond de son sac et son regard se posa sur Ace. Il était temps qu'ils aient une petite discution. Il avait besoin de réponse. Il entraîna son ami contre un arbre et l'attacha. Il s'installa en face de lui tandis qu'Ace reprenait petit à petit connaissance. "Salut Ace ! Bien dormi ? t'as toujours le chic de t'endormir quand il le faut pas toi !" Faire comme si de rien n'était, comme s'ils ne s'étaient jamais quitté.

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: come and goes. (cole)   

Revenir en haut Aller en bas
 

come and goes. (cole)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Canada- Ségrégation raciale: Débat pour l’ouverture d’une école noire
» Effondrement en Haiti: de la mairie au propriétaire de l'école .
» Nashville - Rappel du Club École -
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Des actions pour le maintien des filles à l'école
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
dead man's chest :: 
NEVADA, THE SILVER STATE.
 :: the desert
-
Sauter vers: